13.9 C
Alger
mardi 21 mai 2024
Mémoire1er novembre : cri de colère d'un militant

1er novembre : cri de colère d’un militant

 64e anniversaire du déclenchement de la révolution

LE FLN AU MUSÉE

 

Aujourd’hui en ces temps difficiles, il devient vital pour les nouvelles générations de prendre connaissance du contenu de l’appel du 1er  novembre 1954 au peuple algérien pour pouvoir affronter le présent et l’avenir dans un pays à la dérive…

En résumé, l’appel disait :

« Peuple algérien, militants de la cause nationale. À vous qui êtes appelés à nous juger, notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussé à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bienfondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi, est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres « politicailleurs » véreux.  Nous considérons avant tout qu’après des décades de lutte, le mouvement national a atteint sa phase de réalisation. En effet, le but d’un mouvement national révolutionnaire étant de créer toutes les conditions d’une action libératrice, nous estimons que sous les aspects internes le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et d’action, et sous les aspects extérieurs le climat de détente est favorable pour le règlement des problèmes mineurs dont le nôtre, avec surtout l’appui diplomatique de nos frères arabo-musulmans. Les événements du Maroc et de la Tunisie sont à ce sujet significatifs et marquent profondément le processus de la lutte de libération de l’Afrique du Nord. À noter dans ce domaine que nous avons depuis fort longtemps été les précurseurs de l’unité dans l’action, malheureusement jamais réalisée entre les trois pays !

Aujourd’hui, les uns et les autres sont engagés résolument dans cette voie, et nous relégués à l’arrière ! Nous subissons le sort de ceux qui sont dépassés. C’est ainsi que notre mouvement national terrassé par des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé de soutien indispensable de l’opinion populaire ! Dépassé par les événements, se désagrège progressivement à la grande satisfaction du colonialisme qui croit avoir remporté la plus grande victoire de sa lutte contre l’avant-garde Algérienne.

L’heure est grave ! Devant la situation qui risque de devenir irréparable, une équipe de jeunes responsable et militants conscients ralliant autour d’elle la majorité des éléments encore « sains » et décidée à juger le moment venu de sortir le mouvement national de l’impasse où l’ont acculé les luttes de personnes et d’influence pour le lancer aux cotés des frères marocains et tunisiens dans la lutte révolutionnaire».

Et c’est ainsi que les 22 historiques réunis chez la famille DERRICHE (à Clos Salembier- El Madania) décidèrent du déclenchement de la lutte armée. Les « Six » prirent, à Rais Hamidou (chez BOUCHEKOURA) la décision de la date du 1er Novembre 1954.

Plusieurs actions furent entreprises, mettant en émoi la population européenne. Le peuple Algérien avait pris son destin en main. La lutte a été longue, douloureuse, mais l’issue certaine au prix du sang, du sacrifice suprême. Le peuple Algérien a arraché son indépendance, mais cette dernière lui a été confisquée !

Le premier président du GPRA Ferhat Abbas savait et voyait venir la course au « kourssi ». L’indépendance acquise au prix fort du sang n’a pas suffi à ces assoiffés de pouvoir.  Tels des vautours autours de leur proie, nos valeureux « moudjahidines » ! Ou supposés l’être (ceux des frontières Est-Ouest), suréquipés par l’opportuniste Houari Boumediene, se sont accaparé le pouvoir, et l’armée a pris de force les destinées de tout un peuple qui se relevait de 7 années de guerre. En effet, la guerre des clans se dessinait. L’extérieur avait pris le dessus sur l’intérieur.

Après le coup de force contre Benyoucef Benkhedda, président du GPRA, l’Algérie basculera dans une guerre fratricide postindépendance. La zone autonome d’Alger dirigée par Yacef Saadi s’opposera aux maquisards de la wilaya IV. Il y a eu des dizaines de morts. L’histoire retiendra que la sagesse et la probité morale des deux présidents du GPRA ont sauvé l’Algérie d’un nouveau Congo.

Le peuple Algérien était loin d’imaginer la folie des hommes. Il était très loin d’imaginer que ses « leaders » politiques de la révolution allaient prendre le pouvoir avec une férocité presque bestiale.

Le culte de la personnalité a pris le dessus sur la raison et a ruiné l’Algérie. Les coups d’état ont fait leur apparition au grand désarroi des citoyennes et citoyens. Ahmed Benbella qui a assassiné la démocratie en imposant le parti unique, a lui aussi été « déboulonné »par le coup d’état fomenté par Houari Boumediene le 19 juin 1965. On peut dire que ce que nous vivons actuellement est le résultat des coups d’état antérieurs.

Le peuple Algérien en paie le prix fort aujourd’hui. Les Algériens, pouvaient-ils imaginer un seul instant nos décideurs de la révolution de 54, le FLN de Novembre entre les mains d’opportunistes sans foi ni loi ?

Par prémonition, le défunt Mohamed BOUDIAF savait le FLN en péril. Ce parti glorieux est à la solde du pouvoir. Le départ précipité du SG Amar Saadani pour cause de « maladie » n’a été que subterfuge, mensonge et tromperie. Le peuple Algérien n’est pas dupe, il est même mature. Les échéances prochaines (législatives) pointent à l’horizon et la « machine infernale » de la fraude est mise en branle. Certains nostalgiques d’un passé révolu à jamais parlent déjà d’un 5ème mandat pour « Fakhamatouhou ». Et la voix du peuple, on en fait quoi ?

Est-il possible que les actuels parlementaires (députés illégitimes et sénateurs désignés par la Chkara) puissent en toute quiétude, accepter que les choses restent en l’état ? Contempler l’image désolante d’un président, complètement absent, figé sur un fauteuil roulant, moralement et physiquement, totalement différent du président américain (Rosevelt). Le nouveau désigné du FLN d’aujourd’hui (par un autre coup d’état scientifique), pourtant médecin sait mieux que quiconque ce qu’est un AVC quand ça touche le cerveau. Le président du conseil constitutionnel Medelci (même s’il reconnait qu’il n’est pas très intelligent) savait lui aussi l’état de santé du président sortant ! Le peuple Algérien dans sa majorité a été trahi. Le pays est dévasté par tant de crises politiques, sécuritaires et socio-économiques…Une tragédie malheureusement prévisible depuis longtemps déjà en raison de l’illégitimité, l’inaction, et particulièrement l’incompétence criarde du pouvoir en place.

Pendant ce temps, le peuple Algérien est réduit à un simple cobaye. Celui qui subit sans brancher, traumatisé qu’il est par 10 années de souffrances, de pleurs et de leurres. Oui, le peuple Algérien a été trahi. Il paye le prix aujourd’hui le prix fort, celui de l’humiliation.

Nous sommes devenus la risée du monde. À quoi aura servi notre indépendance alors que près de 14 millions d’Algériens vivent sous le seuil de la pauvreté ?

Sont-ils frappés de cécité ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ? L’Algérie va tout droit vers la catastrophe. La chute du prix du pétrole est une malédiction pour eux (le pouvoir), car elle montre le visage réel d’un régime agonisant qui ne sait plus quoi faire devant autant de contestations. Tous les secteurs sont à l’arrêt, l’éducation, la santé, et même le sport ! Peut-il s’enorgueillir, notre président, d’organiser deux coupes du monde, alors que n’avons pas pu réussir l’organisation d’une seule coupe d’Afrique ?

Arrêtons de mentir au peuple, à notre jeunesse qui préfère se jeter à la mer que de rester au pays. Est-ce cela le rêve souhaité par nos valeureux combattants, alors que célébrons le 64ème anniversaire du déclenchement de la révolution ? Sont-ils conscients au moins nos gouvernants issus de la fraude électorale ?

Le peuple n’est pas dupe, il est même plus mature que le pouvoir. Si aujourd’hui, il observe calmement, demain si les choses restent en l’état, il montrera sa colère. Les nouvelles « attaques contre le peuple » contenues dans toutes les dispositions de la loi de finances 2019, prises sans concertation ni réflexions sérieuses, qui aggraveraient les disparités déjà existantes par toutes les taxations injustes du pauvre peuple sans défense, le coup d’état scientifique de l’APN illégitime, les arrestations « coup de poing » des journalistes, blogueurs, artistes et militants des droits de l’homme, l’annonce du 5éme mandat mortifère pourraient être le commencement d’une dérive dont Dieu seul sait son issue .

Sont-ils conscients au moins nos gouvernants ?

C’est là, mon point de chute : «Point de raison, point de sagesse, mais point de conscience, et c’est l’Algérie qui s’effondre».

ALLAH YESSETER….

Vive l’Algérie. Gloire à nos martyrs.

Abdelkader KRIBI

Ancien militant de la cause nationale

Zone autonome d’Alger

 

Dans la même catégorie

Dominique de Villepin réitère l’appel à des excuses officielles de la France à l’Algérie 

L'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin a une nouvelle fois exhorté son pays à présenter des excuses officielles...

Nouvelle mobilisation de masse au Maroc contre la normalisation avec Israël

Des milliers de Marocains ont battu le pavé dimanche 19 mai à Casablanca pour dénoncer la poursuite des relations...

La CPI demande des mandats d’arrêt contre Netanyahu et des dirigeants du Hamas

Dans un communiqué publié lundi 20 mai, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a annoncé...

Derniers articles

Dominique de Villepin réitère l’appel à des excuses officielles de la France à l’Algérie 

L'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin a une nouvelle fois exhorté son pays à présenter des excuses officielles...

Nouvelle mobilisation de masse au Maroc contre la normalisation avec Israël

Des milliers de Marocains ont battu le pavé dimanche 19 mai à Casablanca pour dénoncer la poursuite des relations...

La CPI demande des mandats d’arrêt contre Netanyahu et des dirigeants du Hamas

Dans un communiqué publié lundi 20 mai, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a annoncé...

Recherche par tags

Dans la même catégorie