Human Rights Watch accuse l’Etat hébreu d’affamer les civils dans la bande de Gaza

0
44
Les Gazaouis affamés par Israël

Les accusations portées par l’ONG ont été rejetées par la porte-parole du Premier ministre israélien au cours d’une conférence de presse. Et portant, d’autres ONG ont aussi alerté l’opinion mondiale sur le manque de nourriture à Gaza et l’état calamiteux des structures hospitalières et les ravages de la guerre.

C’est une stratégie qui constituerait « un crime de guerre », d’après Human Rights Watch. Dans un rapport publié lundi 18 décembre, l’ONG accuse le gouvernement israélien d’affamer délibérément des civils palestiniens dans la bande de Gaza, dans le cadre de sa stratégie de guerre contre le mouvement islamiste Hamas.

« Le gouvernement (…) utilise la famine des civils comme technique de guerre dans la bande de Gaza occupée, ce qui constitue un crime de guerre », soutient l’organisation basée à New York. D’après Human Rights Watch, les forces armées israéliennes bloqueraient « délibérément l’accès à l’eau potable, à la nourriture et au carburant, tout en entravant intentionnellement l’aide humanitaire, en détruisant semble-t-il des zones agricoles et en privant la population civile de produits indispensables à sa survie ».

« Aucune restriction » à la frontière, nie Israël

« C’est absolument faux », a réagi Tal Heinrich, une porte-parole du Premier ministre israélien, affirmant lors d’une conférence de presse que « 201 camions transportant de l’aide humanitaire [étaient] entrés dans la bande de Gaza » dimanche. « Nous n’imposons aucune restriction sur la quantité de nourriture et d’eau qui peuvent entrer » dans l’enclave, a-t-elle ajouté. Il est évident que les autorités israéliennes ne vont jamais reconnaître cet état de fait. Comme d’ailleurs la mort de presque 19000 Palestiniens sous les bombardements et les tirs de Tsahal.

L’ouverture temporaire d’un deuxième point de passage pour entrer et sortir de la bande de Gaza, au poste-frontière de Kerem Shalom, permet « d’inspecter davantage de camions que ce que les agences des Nations Unies et les organisations d’aide humanitaire peuvent réellement fournir », assure la porte-parole de Benyamin Nétanyahou.

Afrique du Nord News/AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici