19.9 C
Alger
dimanche 16 juin 2024
DébatsPourquoi la Francophonie a besoin de l’Afrique

Pourquoi la Francophonie a besoin de l’Afrique

L’Afrique est l’avenir de la Francophonie. Le continent rassemble plus de la moitié des États membres de l’OIF et la majorité de la population concernée. C’est donc une évidence : le poste de secrétaire général doit revenir à un Africain.

C’est la dernière ligne droite. Dans quelques jours (le 12 octobre), la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) sera élue par les cinquante-quatre chefs d’État ou de gouvernement des pays membres de l’institution réunis, curieusement, à Erevan, en Arménie. Ils ont le choix entre reconduire la Canadienne Michaëlle Jean dans les fonctions qu’elle occupe depuis 2014 et élire la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Un duel de femmes, donc, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

IL FAUT SAVOIR CE QUE L’ON VEUT. SOIT UNE ORGANISATION INFLUENTE, SOIT UN « MACHIN » SERVANT À RECASER LES CADRES FRANCO­PHONES EN DISGRÂCE DANS LEUR PAYS

Tout le monde accorde beaucoup d’importance à la personnalité de celle qui s’apprête à prendre les rênes de l’OIF.

Sûrement trop. Au-delà du charisme, des compétences réelles ou supposées, du curriculum vitae, de la visibilité et de la faculté à impulser une réelle dynamique à l’organisation de l’avenue Bosquet – ce qui n’est tout de même pas négligeable –, le nœud du problème réside dans l’utilité d’une institution surannée, dépourvue de véritables moyens financiers, de cap et de stratégie. Le bât ne blesse pas au secrétariat général – ceux qui moquent le bilan de Michaëlle Jean sont de mauvaise foi – mais à la tête des États membres.

Il faut savoir ce que l’on veut. Soit une organisation influente, qui promeut la croissance, l’esprit de communauté et les règles qui vont avec. Soit un « machin » servant d’abord à recaser les cadres franco­phones en disgrâce dans leur pays. Reste que l’élection de la (ou du) « SG » demeure un grand moment médiatique et politique.

EN 2014, LA POSITION DE JA ÉTAIT LA MÊME QU’AUJOUR­D’HUI : LE POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’OIF DOIT ÉCHOIR À UN AFRICAIN

Il y a quatre ans, tout était simple : Michaëlle Jean l’emporta sans considération des qualités propres à chaque candidat, mais parce que François Hollande, qui dirigeait alors la France, en avait décidé ainsi et était parvenu à convaincre ses homologues africains, Macky Sall (hôte du sommet) en tête, du bien-fondé de son choix. À l’époque, l’Afrique s’avançait en ordre dispersé et présentait pas moins de quatre candidats face à Michaëlle Jean.

 

 

Dans la même catégorie

Algérie : Farid Belmokhtar et Abdellah Hanine enfin libres après trois ans de détention

Farid Belmokhtar et Abdellah Hanine, deux figures emblématiques du mouvement de contestation en Algérie, ont retrouvé la liberté le...

Yasmina Khadra présente ses excuses après ses propos concernant la Kabylie

L'écrivain algérien francophone Yasmina Khadra s'est retrouvé au cœur d'une controverse après la résurgence d'une ancienne vidéo dans laquelle...

Le président Tebboune au G7 : Une diplomatie algérienne multidimensionnelle

Le président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune, a marqué sa présence au Sommet du G7 à Bari, en...

Derniers articles

Algérie : Farid Belmokhtar et Abdellah Hanine enfin libres après trois ans de détention

Farid Belmokhtar et Abdellah Hanine, deux figures emblématiques du mouvement de contestation en Algérie, ont retrouvé la liberté le...

Yasmina Khadra présente ses excuses après ses propos concernant la Kabylie

L'écrivain algérien francophone Yasmina Khadra s'est retrouvé au cœur d'une controverse après la résurgence d'une ancienne vidéo dans laquelle...

Le président Tebboune au G7 : Une diplomatie algérienne multidimensionnelle

Le président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune, a marqué sa présence au Sommet du G7 à Bari, en...

Recherche par tags

Dans la même catégorie