15.9 C
Alger
vendredi 19 avril 2024
ActualitéJil Jadid tergiverse sur sa candidature à la présidentielle 2024

Jil Jadid tergiverse sur sa candidature à la présidentielle 2024

Dans une récente interview à la Radio algérienne, Soufiane Djilali, président du parti politique Jil Jadid, a éludé la question cruciale de sa participation aux élections présidentielles anticipées du 7 septembre prochain. Malgré une rhétorique alambiquée vantant les mérites de défendre un « projet de société », M. Djilali a habilement esquivé un engagement clair, affirmant qu' »il est encore trop tôt pour trancher la question ».

Cette attitude fuyante et précautionneuse soulève des interrogations quant à la détermination réelle de Jil Jadid à se présenter comme une véritable alternative politique. M. Djilali semble se réfugier derrière des prétextes spécieux, évoquant des « conditions qui ne sont pas encore visibles » pour justifier son indécision.

Cependant, au-delà de ces atermoiements, ses propos révèlent une critique acerbe du paysage politique algérien actuel. Il déplore « une forme de nihilisme » ayant emporté les partis, rendus quasiment inaudibles par « une politique menée au cours des dernières années ». Cette condamnation d’un statu quo délétère pour la démocratie est renforcée par sa dénonciation du manque de soutien financier étatique, affirmant que « Jil Jadid n’a jamais reçu un centime » malgré un « travail d’utilité publique ».

Malgré ce discours revendicateur, M. Djilali peine à convaincre de l’authenticité de ses ambitions présidentielles. Son appel creux à « renforcer un front national interne » et à permettre « l’expression politique » sonne comme un exercice de style déconnecté des réalités du terrain. Sa rhétorique émaillée de concepts vagues comme « l’élan patriote » ou la « doctrine du pays » ajoute à l’impression d’un positionnement flou et peu engageant.

En définitive, cette interview laisse un goût d’inachevé et d’opportunisme politique de la part de Soufiane Djilali. Ses propos évasifs quant à une candidature présidentielle, conjugués à ses critiques du système sans réelle proposition concrète, dépeignent un parti en manque de leadership affirmé et de vision véritablement réformatrice pour le pays.

Kamel AIDOUNE

Dans la même catégorie

Rencontre à Alger entre le ministre des Affaires étrangères et le Président du Comité militaire de l’OTAN

Le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l'étranger, M. Lounès Magramane, a...

Béjaïa: Mira Moknache, Djamel Ikni et leurs coprévenus relaxés en appel

Dans une décision rendue le 17 avril 2024, la Cour de Béjaïa a annulé le jugement de condamnation prononcé...

Mustapha Bendjama, enfin libre après plus d’un an derrière les barreaux

Après 14 mois passés derrière les barreaux, le journaliste Mustapha Bendjama a enfin été libéré ce 18 avril 2024...

Derniers articles

Rencontre à Alger entre le ministre des Affaires étrangères et le Président du Comité militaire de l’OTAN

Le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l'étranger, M. Lounès Magramane, a...

Béjaïa: Mira Moknache, Djamel Ikni et leurs coprévenus relaxés en appel

Dans une décision rendue le 17 avril 2024, la Cour de Béjaïa a annulé le jugement de condamnation prononcé...

Mustapha Bendjama, enfin libre après plus d’un an derrière les barreaux

Après 14 mois passés derrière les barreaux, le journaliste Mustapha Bendjama a enfin été libéré ce 18 avril 2024...

Recherche par tags

Dans la même catégorie